Catégorie | Les billets d'ambiance de Domi

Tags |

Une soirée originale et instructive ce mercredi 8 octobre 2014 aux Vignes de Léo : « Cépages en expression libre »

Publié le 21 octobre 2014 par admin

8 octobre 2014
18 h 00 minau22 h 00 min

Un parti pris ce soir, s’intéresser aux cépages : quand les français choisissent un vin, ce n’est pas leur préoccupation première, contrairement aux étrangers, particulièrement les anglo-saxons, qui choisiront un Merlot ou un Chardonnay sans trop se préoccuper de la région d’origine et du terroir.

cepages

Alors pourquoi ce choix, ce mercredi, et surtout comment ?

L’objectif était de nous permettre de vérifier (ou de prendre conscience) que le même cépage selon le terroir et la vinification ne donnera pas du tout le même vin, même pour des mono-cépages.

L’animateur de la soirée, Didier Banc, de la société « Entre 2 Verres », nous a proposé pour commencer un vin blanc, en dégustation à l’aveugle, dont il fallait trouver le cépage : c’était un sauvignon que nous avons reconnu assez facilement.

Ce premier vin était un vin de Loire, appelé « Pointe d’agrumes » fait par « Complices de Loire », un vin de 2013, vif et astringent, bien agréable à l’apéritif et d’un bon rapport qualité-prix.

Le second blanc, 100% sauvignon aussi, était un Touraine 2012 de François Xavier Barc, appelé « La Cuarde ». Très différent du 1er, ce vin a plus de volume, est plus complexe, plus élégant. Il est élevé en cuves inox comme le 1er mais ensuite en fûts de chêne, ce qui n’était pas le cas pour le vin précédent. La production n’est que de 3000 bouteilles (35 hl à l’ha alors qu’elle était de 45 pour le vin précédent).

Le quatrième blanc, 100% sauvignon toujours, était un Sancerre de 2013, « Les Monts Damnés » de Pierre Martin, vin de garde d’une grande complexité, arôme frais et légèrement mentholé des Sauvignons mais dans lequel la dimension terroir était très nette.

La démonstration était donc réussie : le Sauvignon s’exprimait très différemment dans ces 3 mono-cépages.

Oui, j’ai volontairement sauté le 3è blanc car il s’agissait d’un intrus, d’un « pirate » selon Didier blanc : « Le clos du frère Etienne », château Du Breuil, mais 100% Chenin cette fois de 2010. Robe plus foncée, moins d’acidité et de fraîcheur mais plus de volume, un vin plus rond. Nous ne nous y sommes pas laissé tromper.

Quatre rouges ensuite, mono-cépages toujours : Didier Blanc avait choisi La Sirah, que nous avons reconnue, là aussi, assez facilement.

Le 1er de Louis Chèze, du Rhône Nord de 2012 ; le second : La Truffière « Domaine de Grangeneuve », des coteaux de Tricastin, de 2012, le 4è : « Les Chailles » de Alain Voge, terroir de Cornas, vin de garde remarquable. Le 3è était « Le Pirate » mais, cette fois, c’était le pays d’origine et non le cépage qui différait : un vin de Californie « Cycles Gladiator » de 2012.

Cette fois encore, la preuve était faite : le cépage s’exprimait très différemment selon le terroir et la vinification.

Le talent et les connaissances de Didier Blanc ont fait de cette soirée une grande réussite et comme il ‘avait précisé d’entrée : au-delà de la notion de cépage, le but de la soirée était avant tout (comme chaque mois) le plaisir et le partage.

Comme l’a dit Talleyrand « Monsieur, quand on a l’honneur de se faire servir un tel vin, on prend son verre avec respect, on le hume, puis l’ayant reposé, on en parle »

Domi

Laisser un commentaire

Advertise Here
Advertise Here

Archives